Macron veut une invitation au BRICS Summit ? Cette idée est audacieuse et innovante : éditorial du Global Times

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours lors de sa rencontre avec la communauté française, à Pékin, en Chine, le 5 avril 2023. Photo : VCG

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours lors de sa rencontre avec la communauté française, à Pékin, en Chine, le 5 avril 2023. Photo : VCG

Selon les médias français, le président français Emmanuel Macron a demandé au président sud-africain Cyril Ramaphosa une invitation au sommet des BRICS prévu en août. Cette nouvelle n’a pas encore été confirmée par le Lyse Palace, et le porte-parole du président sud-africain a affirmé ignorer la demande de Macron. Moscou a demandé à Paris de s’expliquer : veulent-ils renouer une sorte de contact pour montrer l’activité de Paris, ou est-ce une sorte de cheval de Troie ? Cette nouvelle a suscité une attention considérable, mais les attitudes varient selon les différentes parties. Les médias français ont commenté, « c’est un peu fou et sans précédent ». En tout cas, compte tenu du paysage international actuel, il s’agit bien d’une idée audacieuse et novatrice.

Considérer cette idée comme audacieuse voire « folle » a été la première réaction de nombreuses personnes lorsqu’elles ont appris la nouvelle. Explorer pourquoi c’est le cas vaut la peine d’être approfondi. Cela indique que les gens ont inconsciemment pris la division entre le Nord et le Sud, et la division entre l’Est et l’Ouest, comme un état normal, dans la mesure où même une pensée qui peut briser ces normes et schémas mentaux semble tout à fait frappante.

Cependant, d’un autre côté, cette idée semble raisonnable. La France est un grand pays européen qui s’est rendu compte très tôt des changements historiques qui s’opèrent dans le paysage mondial. Macron lui-même a fait des déclarations surprenantes à plusieurs reprises, démontrant un certain niveau d’autonomie distinct de Washington. Ces facteurs donnent l’impression qu’il ne serait pas particulièrement étrange que Macron assiste au sommet des BRICS. Le fait que de telles nouvelles émergent en France et pas dans d’autres pays en dit long.

Les pays membres du BRICS sont tous des économies émergentes représentant les intérêts des pays en développement au sein de la communauté internationale. En tant que pays développé, est-il possible pour la France d’assister au Sommet des BRICS ? Quel type de réaction chimique cela générerait-il si la France y participait ? Mis à part d’autres facteurs spécifiques et complexes, dans le contexte de la division croissante entre le Nord et le Sud, l’Est et l’Ouest et l’intensification des affrontements entre les camps, il est nécessaire que quelqu’un transcende les barrières idéologiques et géopolitiques et se libère des barrières mentales et conceptuelles. contraintes. Cela pourrait potentiellement conduire à des effets positifs inattendus.

Macron a souligné que l’Europe devrait rechercher une « autonomie stratégique » et que la France a également une tradition de diplomatie indépendante. Si la France peut véritablement servir de pont entre les différents camps dans les divisions et les clivages du monde, elle saura sans aucun doute marquer son statut international et créer des réalisations historiques. Macron a clairement de telles ambitions et fait de telles tentatives et efforts. Nous apprécions et respectons cela, et sommes disposés à comprendre avec bonne volonté la publication par la France d’informations sur la volonté de Macron de participer au sommet des BRICS.

Cependant, pour être franc, les préoccupations de Moscou ne sont pas superflues. La France doit également être consciente de la profondeur du fossé entre pays occidentaux et pays non occidentaux et de la minceur de la confiance mutuelle. En particulier, le déclenchement du conflit russo-ukrainien et l’endiguement et la répression complets de la Chine par les États-Unis ont créé une pression de plus en plus forte pour forcer les pays à « prendre parti ». Il est très difficile pour la France de progresser vers une véritable autonomie stratégique et une diplomatie indépendante.

Après la visite de Macron en Chine en avril, il a exhorté l’Europe à développer une plus grande autonomie stratégique, ce qui a provoqué une controverse semblable à un tsunami en Europe et aux États-Unis. Quelques mots avaient conduit à une telle situation, il est prévisible que la résistance rencontrée serait assez grande si des actions étaient entreprises. Il est inévitable que les gens aient des doutes sur la mesure dans laquelle la France peut agir selon sa propre volonté, ou si elle doit encore se conformer aux opinions tranchées de Washington. Les pays BRICS doivent considérer cette nouvelle concernant la demande de Macron de manière complète et attentive.

Une chose est sûre : cette affaire a démontré l’énorme influence du mécanisme de coopération des BRICS. « BRICS+ » adhère au principe du multilatéralisme, attirant des dizaines d’économies émergentes et de pays en développement à participer au processus de coopération, qui coïncide avec le nouveau multilatéralisme soutenu par la France et l’Europe. Les « BRICS+ » peuvent-ils s’ouvrir à des pays développés comme la France en raison de son énorme influence dans les pays en développement ? C’est une question intéressante, et l’organisation BRICS pourrait tout aussi bien y réfléchir sérieusement à la lumière de cette nouvelle. Cependant, il doit être pragmatique, non formaliste, et ne pas laisser la poursuite de cette forme affecter la coopération pragmatique du mécanisme BRICS lui-même.

Différent d’un petit cercle comme le Groupe des Sept (G7), le mécanisme BRICS existe en tant que plate-forme émergente pour la gouvernance mondiale. Il adhère à l’ouverture, à l’inclusivité, à la coopération et aux résultats gagnant-gagnant, et forge un partenariat de développement mondial uni, égal, équilibré et inclusif. Tant qu’ils viennent avec égalité et bonne volonté, et veulent sincèrement promouvoir la coopération et le développement, les pays BRICS accueillent davantage d’entités pour participer à la coopération mondiale pour le développement, y compris non seulement la France, mais aussi les États-Unis.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite