L’inventeur de Web affirme que le code de négociation des médias d’information pourrait briser Internet. Il a raison mais il y a une solution

Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

L’inventeur du World Wide Web, Tim Berners-Lee, a fait part de ses inquiétudes quant au fait que le code de négociation obligatoire des médias et des plateformes numériques proposé par l’Australie pourrait fondamentalement briser l’Internet tel que nous le connaissons.

Ses inquiétudes sont valables. Cependant, ils pourraient être résolus par des changements mineurs au code proposé.

Comment le code a-t-il pu casser le Web ?

Le code de négociation des médias d’information vise à uniformiser les règles du jeu entre les sociétés de médias et les géants en ligne. Il le ferait en forçant Facebook et Google à payer les entreprises de presse australiennes pour le contenu lié ou présenté sur leurs plateformes.

Logo News Corp à l'extérieur des bureaux.
News Corp est un acteur majeur du lobbying en faveur du code de négociation proposé. La multinationale s’est plainte à plusieurs reprises de la puissance écrasante de Google sur le marché ces dernières années.
Paul Miller/AAP

Dans une soumission à l’enquête du Sénat sur le code, Berners-Lee a écrit :

Plus précisément, je crains que le Code ne contrevienne à un principe fondamental du Web en exigeant un paiement pour établir des liens entre certains contenus en ligne. [] La possibilité de créer des liens librement, sans limitations concernant le contenu du site lié et sans frais monétaires, est fondamentale pour le fonctionnement du Web.

Actuellement, l’un des principes sous-jacents les plus élémentaires du Web est qu’il n’y a aucun coût lié à la création d’un lien hypertexte (ou simplement d’un lien) vers toute autre page ou objet en ligne.

Lorsque Berners-Lee a conçu le World Wide Web pour la première fois en 1989, il a effectivement donné gratuitement l’idée et le logiciel associé, pour s’assurer que personne ne facturerait ou ne pourrait facturer l’utilisation de ses protocoles.

Il soutient que le code de négociation des médias d’information pourrait créer un précédent juridique permettant à quelqu’un de facturer le lien, ce qui laisserait le génie sortir de la bouteille et de nombreuses autres tentatives de facturation pour le lien vers du contenu apparaîtraient.

Si le précédent était établi selon lequel des personnes pourraient être accusées de simplement créer des liens vers du contenu en ligne, il est possible que le principe sous-jacent de la création de liens soit perturbé.

En conséquence, il y aurait probablement de nombreuses tentatives de la part d’entreprises légitimes et d’escrocs pour facturer aux utilisateurs ce qui est actuellement gratuit.

Tout en soutenant le droit des éditeurs et des créateurs de contenu à être correctement récompensés pour leur travail, Berners-Lee demande que le code soit amendé pour maintenir le principe de permettre la libre liaison entre les contenus.



Lire la suite : Google News privilégie les médias grand public. Même si cela paie pour le contenu australien, les points de vente locaux prendront-ils encore plus de retard ?


Google et Facebook ne font pas que créer des liens vers du contenu

Une partie du problème ici est que Google et Facebook ne se contentent pas de collecter une liste de liens intéressants vers du contenu d’actualité. Au contraire, la façon dont ils trouvent, trient, organisent et présentent le contenu des nouvelles ajoute de la valeur pour leurs utilisateurs.

Ils ne se contentent pas de créer un lien vers le contenu des actualités, ils le recadrent. C’est souvent dans ce recadrage que les publicités apparaissent, et c’est là que ces plateformes gagnent de l’argent.

Par exemple, ce lien vous mènera à la proposition originale de 1989 pour le World Wide Web. À l’heure actuelle, n’importe qui peut créer un tel lien vers n’importe quelle autre page ou objet sur le Web, sans avoir à payer quelqu’un d’autre.

Mais ce que font Facebook et Google pour organiser le contenu des actualités est fondamentalement différent. Ils créent des aperçus convaincants, généralement en proposant le titre d’un article de presse, parfois les premières lignes et souvent la première image extraite.

Par exemple, voici un aperçu que Google génère lorsqu’un internaute recherche une proposition Web de Tim Berners-Lees :

Page de résultats de la recherche Google 'tim berners lee www proposition'.
Voici une capture d’écran de la page de résultats de la recherche Google : proposition de tim berners lee www.
Google

De toute évidence, ce que Google renvoie est plus un aperçu détaillé et riche en médias qu’un simple lien. Pour les utilisateurs de Google, il s’agit d’un aperçu beaucoup plus significatif du contenu et leur permet de mieux décider s’ils cliqueront pour en voir plus.

Un autre défi de taille pour les entreprises de médias est qu’un nombre croissant d’utilisateurs prennent les titres et les aperçus pour argent comptant, sans nécessairement lire l’article.

Cela peut évidemment réduire les revenus des fournisseurs d’informations et perpétuer la désinformation. En effet, c’est l’une des raisons pour lesquelles Twitter a commencé à demander aux utilisateurs de lire le contenu avant de le retweeter.

Un argument assez convaincant est donc que Google et Facebook ajoutent de la valeur pour les consommateurs via le recadrage, la conservation et la prévisualisation du contenu, pas seulement en s’y connectant.

Le code peut-il être corrigé ?

Actuellement dans le code, la section concernant la façon dont les plateformes rendent le contenu disponible répertorie trois façons de partager le contenu :

  1. le contenu est reproduit sur le service
  2. le contenu est lié à
  3. un extrait ou un aperçu est mis à disposition.

Des termes similaires sont utilisés pour détailler comment les utilisateurs peuvent interagir avec le contenu.

Extrait montrant la manière dont « rendre le contenu disponible » est défini dans le projet de loi 2020 modifiant les lois sur le Trésor (Code de négociation obligatoire des médias et des plateformes numériques)
Le Code de négociation obligatoire des médias et des plateformes numériques 2020 décrit trois manières principales par lesquelles les plateformes rendent le contenu d’actualité disponible.
Gouvernement australien

Si nous acceptons que la plupart des plates-formes de valeur supplémentaire offrent à leurs utilisateurs la conservation et la fourniture d’aperçus de contenu, la suppression du deuxième élément (qui spécifie simplement le lien vers le contenu) résoudrait les problèmes de Berners-Lees.

Cela garantirait que l’utilisation des liens seuls ne peut pas être monétisée, comme cela a toujours été le cas sur le Web. Les plateformes devraient toujours payer lorsqu’elles présentent aux utilisateurs des extraits ou des aperçus d’articles, mais pas lorsqu’elles seul lien vers celui-ci.

Étant donné que les liens de base ne sont pas le pain et le beurre des grandes plates-formes, ce changement ne modifierait pas fondamentalement l’objectif ou le principe de créer des règles du jeu plus équitables pour les entreprises et les plates-formes d’information.



Lire la suite : Ce n’est pas « juste » et ça ne marchera pas : un argument contre l’ACCC obligeant Google et Facebook à payer pour les nouvelles


Dans sa forme actuelle, le Code de négociation obligatoire des médias et des plateformes numériques pourrait mettre en péril les principes sous-jacents du World Wide Web. Tim Berners-Lee a raison de soulever ce point.

Mais une modification relativement mineure du code empêcherait cela. Cela nous permettrait de nous concentrer davantage sur les endroits où les grandes plates-formes offrent réellement de la valeur aux utilisateurs et où la justification la plus claire consiste à leur demander de payer pour le contenu d’actualités.


Par souci de transparence, il convient de noter que The Conversation a également présenté une soumission à l’enquête du Sénat concernant le Code de négociation obligatoire des médias et des plateformes numériques.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Recevez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite