L’atelier de Mumbai c’est l’atelier secret de la haute couture française

Publié le:

Bombay (AFP) Assis en position de lotus, quatre hommes tissent des perles scintillantes à travers du fil d’or sur une feuille d’organza, construisant avec soin une robe de mariée qui va bientôt épater les foules à la Fashion Week de Paris.

Pour une fois, le couturier français à l’origine du design, Julien Fournie, est bien décidé à mettre ces artisans à l’honneur : sa nouvelle collection, présentée mardi à Paris, est entièrement confectionnée avec des tissus de Mumbai.

Selon lui, une sorte d' »impérialisme du design » signifie que les maisons de couture françaises minimisent souvent le fait que leurs tissus sont fabriqués hors de France.

« Les maisons qui ne l’admettent pas ont peut-être peur de perdre leur clientèle », dit Fournie à l’AFP.

Mais c’est absurde, poursuit-il.

Creations by Shanagar a confectionné des tissus pour les plus grandes maisons de couture et le film « Moulin Rouge !
Creations by Shanagar a confectionné des tissus pour les plus grandes maisons de couture et le film « Moulin Rouge ! Punit PARANJPE / AFP

« L’Inde est le numéro un mondial de la broderie. C’est ancestral. Ils habillent les maharajas avec des tenues brodées d’or depuis le XVIe siècle. »

Fournie travaille avec une société appelée Creations By Shanagar (qui signifie « orner » en sanskrit), installée dans un immeuble beige indescriptible près de l’aéroport international de Mumbai.

Des dizaines d’hommes en polos gris sont assis en tailleur sur des coussins, la tête penchée sur de larges fourreaux de tissu. Il y a du silence à l’exception du cliquetis des aiguilles et des perles, du tourbillon des ventilateurs de plafond et de l’avion occasionnel au-dessus de la tête.

« Beaucoup de fantaisie »

Pendant des décennies, ils ont joué un rôle essentiel mais méconnu dans les industries de la mode en Europe, au Japon et aux États-Unis.

« J’aime travailler avec Julien car c’est un autre maître artisan qui connaît très bien son sujet », a déclaré le réalisateur Chetan Desai, 55 ans.

« Il a beaucoup de fantaisie. Il propose ses propres concepts et je dois traduire ces idées en broderie.

Chetan Desai a étendu l'entreprise de son père à l'international
Chetan Desai a étendu l’entreprise de son père à l’international Punit PARANJPE / AFP

« Cela a été une expérience très difficile et en même temps, cela a été très fructueux », a-t-il ajouté.

De retour en France, Fournie renvoie les compliments.

« Ce qu’ils savent faire mieux que personne, c’est broder avec du fil d’or dégradé, le faire passer à travers des perles transparentes pour créer des dégradés de couleurs. C’est du jamais vu », dit-il.

Il donne à la soie un aspect vieilli et élégant pour des robes de mariée qui « brillent mais pas trop ».

« Les clients de la haute couture ne veulent pas ressembler à un sapin de Noël », a-t-il ajouté.

« J’ai travaillé avec de grandes brodeuses françaises et à chaque fois c’est compliqué. Chacun veut mettre ses propres idées et on n’obtient jamais exactement ce que l’on veut. »

Clients vedettes

Le père de Desai a créé Creations By Shanagar dans les années 1960 en tant qu’atelier de saris tissés à la main et brodés.

Dans les années 1990, Desai a regardé plus loin en France, s’associant au créateur franco-tunisien Azzedine Alaia sur des robes qui ont finalement honoré Naomi Campbell.

Il ne divulgue pas les clients actuels dans ses livres, mais sa liste passée donne une idée de la forte demande. Parmi eux, Jean Paul Gaultier, Yohji Yamamoto et Donna Karan.

Même Hollywood est venu frapper à la porte, avec Shanagar aidant à concevoir les costumes de Nicole Kidman pour le hit de 2001 « Moulin Rouge! ».

L’atelier attire des travailleurs de toute l’Inde, comme Biswajit Patra, 31 ans, qui travaille ici depuis l’âge de 16 ans.

Les créations haute couture présentées dans le dernier défilé de Julien Fournié à la Fashion Week de Paris
Les créations haute couture présentées dans le dernier défilé de Julien Fournié à la Fashion Week de Paris BERTRAND-GUAY / AFP

« J’ai appris le métier dans mon village près de Calcutta parce que mon père faisait le même travail et mon frère et ma sœur font aussi ce travail », a-t-il dit.

Parmi leurs idées uniques, il y a une façon d’enrouler des morceaux de tulle pour faire des fleurs brodées.

« Ils ont une gamme de techniques que nous n’avons pas ici », a déclaré Jean-Paul Cauvin, directeur de la maison de Fournie en France.

L’un des travaux les plus délicats est la préparation du tissu une fois qu’il arrive d’Inde et se dirige vers l’atelier où il sera assemblé en robes.

C’est Fournie lui-même qui repasse le tissu.

« Soixante pour cent de la haute couture, c’est du repassage », dit-il en souriant.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite