La France se prépare à une cinquième nuit d’émeutes alors qu’une famille enterre un adolescent

Des dizaines de milliers de policiers ont été déployés dans des villes à travers la France samedi, prêts pour une éventuelle cinquième nuit d’émeutes après les funérailles d’un adolescent d’origine nord-africaine, dont la fusillade par la police a déclenché des troubles à l’échelle nationale.

Le président Emmanuel Macron a reporté une visite d’État en Allemagne qui devait commencer dimanche pour gérer la pire crise pour son leadership depuis que les manifestations des « gilets jaunes » ont paralysé une grande partie de la France fin 2018.

Quelque 45 000 policiers seraient à nouveau dans la rue samedi soir, a déclaré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, avec des renforts à destination de Lyon et Marseille.

A 23h45 (21h45 GMT), alors qu’il y avait une certaine tension dans le centre de Paris et des affrontements sporadiques dans la cité méditerranéenne de Marseille, la situation apparaissait plus calme dans tout le pays.

La police a déployé des gaz lacrymogènes contre les émeutiers dans la rue principale de Marseille vers le crépuscule samedi. Des images télévisées ont montré qu’il y avait de la violence, des pillages et des combats de rue entre la police et des groupes de jeunes en soirée.

Lire aussi | Les émeutes en France obligent Macron à reporter sa visite d’Etat en Allemagne

À Paris, la police a renforcé la sécurité sur l’emblématique avenue des Champs-Élysées après un appel sur les réseaux sociaux pour s’y rassembler. La rue, généralement bondée de touristes, était bordée de forces de sécurité effectuant des contrôles ponctuels. Les façades des magasins ont été barricadées pour éviter d’éventuels dommages et pillages.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré que 1 311 personnes avaient été arrêtées vendredi soir, contre 875 la nuit précédente, bien qu’il ait qualifié les violences de « moins intenses ». La police a déclaré qu’environ 120 personnes avaient été arrêtées dans tout le pays samedi.

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré que plus de 700 magasins, supermarchés, restaurants et agences bancaires avaient été  » saccagés, pillés et parfois même incendiés depuis mardi « .

Les autorités locales de tout le pays ont annoncé l’interdiction des manifestations et ordonné l’arrêt des transports publics le soir.

Lire aussi | Près de 1 000 détenus alors que la violence en France entre dans la quatrième nuit

Nahel, 17 ans, de parents algériens et marocains, a été abattu par un policier lors d’un contrôle routier mardi dans la banlieue parisienne de Nanterre.

Pour les funérailles, plusieurs centaines de personnes ont fait la queue pour entrer dans la grande mosquée de Nanterre, qui était gardée par des bénévoles en gilets jaunes, tandis que quelques dizaines de passants regardaient de l’autre côté de la rue.

Certaines des personnes en deuil, les bras croisés, ont dit « Dieu est le plus grand » en arabe, alors qu’elles parcouraient le boulevard en prière.

Marie, 60 ans, raconte qu’elle vit à Nanterre depuis 50 ans et qu’il y a toujours eu des problèmes avec la police.

« Cela doit absolument cesser. Le gouvernement est complètement déconnecté de notre réalité », a-t-elle déclaré.

La fusillade de l’adolescent, filmée en vidéo, a ravivé les plaintes de longue date des communautés urbaines pauvres et racialement mixtes concernant la violence policière et le racisme.

« Si vous n’avez pas la bonne couleur de peau, la police est beaucoup plus dangereuse pour vous », a déclaré un jeune homme, qui a requis l’anonymat, ajoutant qu’il était un ami de Nahel.

Nahel était connu des services de police pour avoir auparavant enfreint les ordres de contrôle routier et conduisait illégalement une voiture de location, a indiqué jeudi le procureur de Nanterre.

Macron a nié l’existence d’un racisme systémique dans les forces de l’ordre françaises.

Des magasins saccagés

Les émeutiers ont incendié 2 000 véhicules depuis le début des troubles. Plus de 200 policiers ont été blessés, a déclaré Darmanin, ajoutant que l’âge moyen des personnes arrêtées était de 17 ans.

Le ministre de la Justice Eric Dupont-Moretti a déclaré que 30% des détenus avaient moins de 18 ans.

A Marseille, où 80 personnes avaient été arrêtées vendredi, la police a déclaré avoir arrêté 37 autres personnes alors qu’elles tentaient de disperser les foules.

« C’est très effrayant. On entend un hélicoptère et on ne sort pas parce que c’est très inquiétant surtout sur le Vieux-Port », raconte Tatiana, 79 ans, une retraitée qui vit dans le centre-ville.

Le maire Benoit Payan a appelé le gouvernement à envoyer des troupes supplémentaires pour lutter contre « les pillages et les violences » à Marseille, où trois policiers ont été légèrement blessés samedi.

À Lyon, troisième ville de France, la police a déployé des véhicules blindés de transport de troupes et un hélicoptère.

Un décret publié samedi a donné à la police parisienne le droit de déployer des drones dans certaines parties de la banlieue.

Les troubles ont ravivé les souvenirs des émeutes nationales de 2005 qui ont forcé le président Jacques Chirac à déclarer l’état d’urgence, après la mort de deux jeunes hommes électrocutés dans une sous-station électrique alors qu’ils se cachaient de la police.

Les joueurs de l’équipe nationale de football ont publié une rare déclaration appelant au calme. « La violence doit cesser pour laisser place au deuil, au dialogue et à la reconstruction », ont-ils déclaré sur le compte Instagram de la star Kylian Mbappe.

Le groupe de supporters South Winners, influent groupe de supporters de l’Olympique de Marseille, a appelé la jeunesse de la ville à « faire preuve de sagesse et de retenue ».

« En agissant ainsi, vous salissez la mémoire de Nahel et divisez également notre ville. »

Des événements dont deux concerts au Stade de France à la périphérie de Paris ont été annulés, tandis que la maison de couture Céline, propriété de LVMH, a annulé dimanche son défilé de mode masculine 2024, a déclaré le directeur créatif Hedi Slimane sur Instagram.

Les organisateurs du Tour de France ont déclaré qu’ils étaient prêts à s’adapter à toute situation lorsque la course cycliste entrera dans le pays lundi en provenance d’Espagne.

Alors que le gouvernement exhorte les entreprises de médias sociaux à supprimer le matériel incendiaire, Darmanin a rencontré des responsables de Meta, Twitter, Snapchat et TikTok. Snapchat a déclaré qu’il avait une tolérance zéro pour les contenus faisant la promotion de la violence.

Le policier qui, selon les procureurs, a reconnu avoir tiré un coup de feu mortel sur Nahel est en détention préventive dans le cadre d’une enquête formelle pour homicide volontaire, ce qui équivaut à une inculpation dans les juridictions anglo-saxonnes.

Son avocat, Laurent-Franck Lienard, a déclaré que son client avait visé la jambe du conducteur mais qu’il a été heurté lorsque la voiture a décollé, lui faisant tirer vers la poitrine. « De toute évidence (l’officier) ne voulait pas tuer le chauffeur », a déclaré Lienard sur BFMTV.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite