#image_title

La France renforce les exigences linguistiques pour les migrants

Les gendarmes français se tiennent devant le Conseil Constitutionnel avant sa décision sur la nouvelle loi sur l’immigration, à Paris, France, le 25 janvier 2024. (Photo/Agences)

La France a mis en œuvre une nouvelle loi sur l’immigration destinée aux migrants, avec des exigences linguistiques strictes censées promouvoir l’unité et l’intégration nationales.

Le projet de loi controversé a été adopté par l’Assemblée nationale le 19 décembre, puis approuvé par le Conseil constitutionnel le 25 janvier, certains articles étant rejetés.

Malgré le rejet de certaines mesures liées aux prestations sociales et au regroupement familial, le tribunal a maintenu les exigences linguistiques strictes et a introduit des tests civiques pour les migrants.

Le président français Emmanuel Macron a approuvé le projet de loi, qui a été publié au Journal officiel français le 26 janvier.

Suite à la décision du tribunal, Jordan Bardella, président du parti d’extrême droite RN, a déclaré sur BFM TV que son parti estimait que le Conseil constitutionnel avait rejeté des parties du projet de loi sur l’immigration qui étaient « largement soutenues par le peuple français ».

Macron a déclaré le 20 décembre dans l’émission Cà vous de France 5 que le projet de loi « réglerait les flux migratoires, lutterait contre l’immigration clandestine et améliorerait l’intégration grâce à l’enseignement des langues et aux opportunités d’emploi ».

L’ancien ministre du Travail Olivier Dussopt a affirmé lors d’une intervention sur la chaîne de télévision française CNEWS : « L’approche la plus efficace pour intégrer les étrangers non européens passe par l’acquisition d’une langue et l’emploi ».

Mais les critiques estiment que la loi marque un changement significatif dans l’approche du pays en matière d’immigration et de citoyenneté en exigeant que tous les étrangers demandant un titre de séjour doivent signer un contrat d’engagement affirmant leur loyauté envers les principes de la République française. Ils doivent également réussir un examen d’éducation civique, ainsi qu’un examen de compétences linguistiques s’ils souhaitent obtenir un titre de séjour pluriannuel.

Selon l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, près de 142 500 demandes d’asile ont été déposées en France en 2023.

Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, professeur d’anthropologie à l’Université Inalco Paris et directrice de l’Institut collaboratif français sur les migrations, ou CI Migration, a déclaré que les exigences linguistiques strictes créaient des inégalités entre les candidats cherchant une résidence de longue durée en fonction de leur maîtrise du français, de l’accès à l’information , les niveaux d’alphabétisation et les ressources financières. En outre, elle a souligné les défis liés à la mise en œuvre de la loi, tels que l’évaluation des niveaux de compétence, la fourniture d’une formation à l’échelle nationale et la gestion des problèmes de capacité.

Barrière de citoyenneté

Les migrants souhaitant une carte de séjour pluriannuel devront avoir un niveau A2 en français, selon la norme internationale DELF, tandis que ceux qui demandent un titre de séjour permanent doivent atteindre le niveau B1.

Marianne Bel, représentante de l’ONG française La Cimade, s’est dite préoccupée par ces exigences.

« Cette loi est totalement discriminatoire, créant une fracture entre migrants francophones et non francophones », a-t-elle déclaré. « Le niveau de maîtrise du français exigé par la nouvelle loi est excessivement élevé. »

Les personnes qui souhaitent obtenir la citoyenneté en résidant en France auront désormais besoin d’un niveau de maîtrise du français B2, au lieu du niveau B1 qui était auparavant demandé. Le gouvernement a déclaré que ce changement vise à garantir que les migrants possèdent les compétences linguistiques nécessaires pour s’intégrer efficacement dans la société française.

Mais Bel a déclaré: « L’objectif du gouvernement est de réduire le nombre de personnes accédant à la citoyenneté française. Si l’on regarde les chiffres des trois dernières années, cela apparaît clairement. »

Saglio-Yatzimirsky a ajouté : « Le niveau B2 est très avancé et principalement utilisé dans le cadre académique. La langue devrait faciliter l’intégration, mais le nouveau projet de loi sur l’immigration ne le prend pas en charge. ceux qui connaissent les mots latins et l’alphabet auront beaucoup de mal à apprendre. Le français est connu pour être une langue difficile à maîtriser. »

Selon la nouvelle loi, les employeurs sont également appelés à contribuer à la formation linguistique, dans le cadre de la formation professionnelle proposée aux salariés migrants. Cela inclut l’offre de cours de français pendant les heures de travail, soit dans le cadre du plan de formation de l’employeur, soit par l’intermédiaire de l’Office français de l’immigration et de l’intégration.

Saglio-Yatzimirsky a déclaré : « Nous ne savons pas comment tous les employeurs organiseront cela avec leurs employés. Peut-être que certains d’entre eux y parviendront, mais pour la plupart d’entre eux, ce sera très difficile. Les nouvelles restrictions entraîneront une grave discrimination à l’encontre des migrants vivant dans les grandes villes comme Paris et Lyon et les migrants vivant dans les petites villes et les zones rurales, où il n’y a pas assez de structures pour apprendre le français. »

Le gouvernement français a déclaré qu’en présentant la loi, elle faciliterait l’intégration linguistique sur le lieu de travail et aiderait les migrants à développer des compétences linguistiques essentielles. Mais, dans un article paru dans une publication de CI Migration, Daniele Lochak, avocat et ancien président de l’ONG GISTI basée à Paris, a déclaré que « la nouvelle exigence de maîtrise du français vise le tri plutôt que l’intégration ».

Bel a ajouté : « Rendre obligatoire la possession d’un certificat spécifique pour renouveler ou obtenir un nouveau titre de séjour est absolument une décision contre les migrants ».

Selon elle, « certains d’entre eux sont déjà arrivés ici en empruntant une route migratoire difficile », et les exigences linguistiques ajouteront encore un niveau de difficulté.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite