La France doit donner une date pour la souveraineté de la Nouvelle-Calédonie – Union Calédonienne

Une réunion stratégique de l’Union calédonienne indépendantiste a été informée que la France devait donner une date ferme et irréversible pour la souveraineté de la Nouvelle-Calédonie.

Le chef du parti, Daniel Goa, a déclaré que le processus de décolonisation avec ses trois référendums dans le cadre de l’accord de Nouméa de 1998 n’a pas réussi à donner à la Nouvelle-Calédonie son indépendance.

Chef de l'Union Calédonienne, Daniel Goa

Daniel Goa
Photo: AFP

Le territoire figure sur la liste de décolonisation de l’ONU depuis 1986, sur la base du droit internationalement reconnu du peuple kanak à l’autodétermination.

En décembre dernier, plus de 96% ont voté contre l’indépendance, mais le vote a été entaché par une majorité d’abstentions après que la France a refusé les demandes de report du scrutin en raison des effets de la pandémie.

Le mouvement indépendantiste FLNKS, dont l’Union calédonienne est l’élément clé, refuse de reconnaître le résultat comme l’aboutissement légitime du processus de décolonisation.

Paris insiste sur le fait que le référendum était conforme à la loi et prévoit maintenant de soumettre un nouveau statut pour la Nouvelle-Calédonie au vote en juin.

Il a convoqué une réunion des signataires de l’Accord de Nouméa à Paris dans un mois pour discuter de la situation, mais les membres du FLNKS ont déclaré qu’ils n’y participeraient pas.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite