#image_title

La France annonce de nouvelles mesures pour réprimer les protestations des agriculteurs

Les agriculteurs français protestent contre l’insuffisance des salaires, les réglementations européennes et la concurrence déloyale des importations bon marché.

Le Premier ministre français Gabriel Attal a déclaré qu’il mettait en place des contrôles sur les produits alimentaires étrangers afin de garantir une concurrence loyale face aux protestations des agriculteurs.

Dans son discours de politique générale à l’Assemblée nationale mardi, Attal a déclaré aux parlementaires que l’objectif est clair : garantir une concurrence loyale, notamment pour que les réglementations qui s’appliquent aux agriculteurs (français) soient également respectées par les produits étrangers.

Il a déclaré que les détaillants alimentaires qui ne respectent pas une loi destinée à garantir une part équitable des revenus aux agriculteurs seront sanctionnés immédiatement par des amendes.

Nous devons écouter les agriculteurs qui travaillent et s’inquiètent pour leur avenir et leurs moyens de subsistance, a déclaré Attal.

Le Premier ministre a également déclaré qu’il avait réuni une coalition de 22 pays de l’Union européenne pour se mettre d’accord sur une dérogation de l’UE sur les terres en jachère.

Nous sommes sur le point de parvenir à une nouvelle extension de l’exemption, a-t-il déclaré.

Attal a promis que son gouvernement était prêt à résoudre la crise sans ambiguïté et a salué le secteur agricole comme étant notre force et notre fierté.

Les agriculteurs doivent remplir certaines conditions pour bénéficier des subventions de l’UE, notamment laisser 4 pour cent des terres agricoles dans des zones non productives afin que la nature puisse se rétablir, ce qui peut être fait en laissant les terres en jachère.

Les agriculteurs manifestent depuis des jours dans toute la France pour faire pression sur le gouvernement afin qu’il réponde à leurs demandes d’une meilleure rémunération de leurs produits, de moins de bureaucratie et d’une protection contre les importations bon marché.

Plus tôt mardi, des agriculteurs ont incendié des bottes de foin pour bloquer en partie l’accès à l’aéroport de Toulouse et ont garé leurs tracteurs sur les autoroutes près de la capitale, Paris.


Les manifestants ont rejeté les mesures pro-agricoles jugées insuffisantes par Attal la semaine dernière. Le gouvernement a promis que davantage de réponses seraient disponibles mardi.

Les agriculteurs protestataires ont encerclé Paris lundi avec des barricades, utilisant des centaines de tracteurs forestiers et des tas de bottes de foin pour bloquer les autoroutes menant à la capitale française qui accueillera les Jeux olympiques d’été dans six mois. Les manifestants étaient prêts à affronter une bataille prolongée, avec des tentes et des réserves de nourriture et d’eau.

Le gouvernement a annoncé le déploiement de 15 000 policiers, principalement en région parisienne, pour stopper toute tentative des manifestants de pénétrer dans la capitale.

Des officiers et des véhicules blindés étaient également stationnés au centre parisien de ravitaillement en produits frais, le marché de Rungis.

Le gouvernement, se méfiant de l’escalade des protestations, a abandonné son projet de réduction des subventions sur le diesel agricole et a promis d’assouplir les réglementations environnementales.

Quoi qu’il arrive, nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout, a déclaré l’agriculteur Jean-Baptiste Bongard alors que des foules d’agriculteurs se pressaient autour de petits feux sur une autoroute de Jossigny, près de Paris, bloquée par les tracteurs au petit matin.

Si le mouvement doit durer un mois, alors il durera un mois, a déclaré Bongard.

À Longvilliers, près de Paris, les chaussées ont été bloquées par des tracteurs et des bottes de foin, le reste du trafic étant détourné vers une bretelle d’accès.

Agriculteurs belges – Actusduweb.com
Les agriculteurs belges utilisent leurs tracteurs pour bloquer Achterhaven, une partie du port de Zeebruge, en Belgique (Johanna Geron/Reuters)

Les protestations se propagent

Les agriculteurs belges, mécontents de la hausse des coûts, des importations alimentaires bon marché et des politiques environnementales de l’UE, ont également bloqué les routes mardi.

Un porte-parole de l’autorité portuaire a déclaré que les manifestants avaient bloqué cinq routes mais laissaient passer les voitures.

Le syndicat Algemeen Boerensyndicaat (ABS, Syndicat général des agriculteurs) a appelé ses membres à se joindre à la manifestation.

Les agriculteurs sont désespérés, vraiment désespérés. Nous avons prévenu le gouvernement depuis des années que cela se produirait, a déclaré Mark Wulfrancke, responsable politique de l’ABS.

Nous voulons le respect de notre gouvernement, le gouvernement européen. La seule façon de montrer ce respect est d’élaborer une politique favorable aux agriculteurs et à l’alimentation. Nous avons besoin d’un prix correct, a-t-il déclaré à l’agence de presse Reuters.

Les associations d’agriculteurs espagnols ont annoncé mardi qu’elles prévoyaient également de manifester en février contre les réglementations européennes strictes et le manque de soutien du gouvernement.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite