La Chine et la France adoptent une approche similaire de la religion – UCA News

Le régime le plus athée du monde et l’une des nations les plus athées d’Europe occidentale ont peu de patience pour la foi

La Chine et la France adoptent une approche similaire de la religion

Le président français Emmanuel Macron (à gauche) rencontre le président chinois Xi Jinping en marge du sommet du G20 à Bali le 15 novembre. Tous deux sont à la tête de sociétés majoritairement athées. (Photo : AFP)

Publié: 22 novembre 2022 03h05 GMT

Mis à jour : 22 novembre 2022 à 03h35 GMT

Dès le discours prononcé par Xi Jinping à l’ouverture du 20e Congrès du Parti communiste chinois en octobre, il est devenu clair que le cœur de l’idéologie du parti, qui avait été dépeinte comme un socialisme à la chinoise lors du précédent congrès en 2017, était altéré. au marxisme adapté au contexte chinois.

Ce changement s’est produit parallèlement à une monopolisation et à une concentration accrues du pouvoir par le Parti communiste aux dépens du gouvernement. En bref, je présume que la Chine est en train de devenir une nation plus authentiquement marxiste, du moins en termes de doctrine ou d’idéologie.

Dans ce contexte, je me suis rendu compte que les références à la religion étaient beaucoup plus rares, quasi inexistantes. Rétrospectivement, lors du précédent congrès de 2017, il y avait encore quelques références à la religion, comme outil au service de l’évolution du socialisme.

Ucan Store
Ucan Store

Plus tôt encore, pendant le mandat de Hu Jintaos, il a même reconnu que la religion avait un rôle positif. Ainsi, entre l’époque de Hus et aujourd’hui, la marginalisation ou le mépris de la religion, en général, s’est considérablement approfondi, un grand bond (ou un recul) par rapport à l’époque de Hus.

« Emmanuel Macron, le président français, a déclaré que l’Islam en France devait être francisé »

Dans l’ensemble, j’ai l’impression que Xis China est devenu plus athée. Pour être plus précis, le régime chinois est devenu plus athée de sorte qu’il est maintenant l’un des régimes les plus athées au monde. Par conséquent, dans la Chine d’aujourd’hui, les fidèles et leurs activités sont sévèrement restreints et contrôlés par le régime. Soit dit en passant, à cet égard, la Chine contraste fortement avec la Russie, son proche allié au régime tout aussi oppressif, en ce que cette dernière est orientée vers la religion, dominée par l’Église orthodoxe. Les deux géants sont donc antipodes sur le plan religieux.

En ce qui concerne l’Europe occidentale, les personnes les plus athées ou les moins religieuses ne sont, je crois, nul autre que les Français. Malgré son image de pays catholique, selon l’Eurobaromètre, environ 40 % des Français déclarent ne pas croire en Dieu ni en aucune divinité. Ils sont, en fait, l’une des nations les plus athées de la région.

Je me demande s’il vaut la peine de comparer la Chine, le régime le plus athée du monde, avec la France, l’un des plus athées d’Europe occidentale. Ce faisant, j’ai constaté qu’ils partagent des points communs à au moins deux égards.

Premièrement, depuis qu’il a pris le pouvoir il y a dix ans, Xi a souligné à plusieurs reprises que la religion en Chine devait être sinisée. De même, Emmanuel Macron, le président français, a déclaré que l’islam en France devrait être francisé.

En disant cela, Xi voulait dire, je suppose, que la religion en Chine devrait être subordonnée au marxisme, tandis que Macron voulait dire que l’islam en France devrait être subordonné aux Lumières. De toute évidence, les deux dirigeants partagent des mentalités similaires. Après tout, les Lumières françaises se caractérisent par leurs principes déréligieux ou anti-religieux. Ainsi, le marxisme chinois est-il une ramification illégitime des Lumières caractérisée de la même manière par une idéologie anti-religieuse, bien que plus épurée et beaucoup plus forte.

Deuxièmement, les principes déréligieux ou anti-religieux de la France (lacit) exhortent simultanément la religion à être contenue dans un espace privé et, par conséquent, les symboles religieux tels que les foulards musulmans ne devraient jamais être portés dans les écoles publiques. En Chine, ils imposent des restrictions similaires sur les foulards ou les barbes de l’islam, bien que beaucoup plus durement et plus massivement. En revanche, des pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni, etc. ne partagent pas de telles mentalités d’imposition.

« Le Saint-Siège a obtenu une concession importante de Pékin, l’accord n’était pas à sens unique comme certains analystes l’évaluent négativement »

Comme mentionné ci-dessus, il peut être utile de savoir que les deux nations ont des points communs en termes de gouvernance ou de confinement de la religion, bien que les deux aient des cultures politiques distinctes.

Avant de terminer ce commentaire, permettez-moi également d’ajouter quelques mots sur le soi-disant accord provisoire entre le Vatican et la Chine de 2018, qui a été prolongé de deux ans en octobre. Lors de son accord officiel il y a quatre ans, de nombreux analystes ont observé que l’accord était unilatéral, favorisant la Chine, en ce que le Vatican a donné à la Chine beaucoup plus que la Chine n’a donné.

Je ne suis pas d’accord avec ce point de vue, simplement parce que je comprends que la Chine (le président Xi) a également fait un gros compromis en donnant la première reconnaissance formelle de l’autorité du pape dans l’Église catholique en Chine, bien qu’officiellement non confirmée. Si c’est ce que Xi a vraiment fait, on pourrait dire qu’il était audacieux d’avoir pris une telle décision (concession), contredisant ou compromettant son affirmation bien connue selon laquelle la religion en Chine devrait être sinisée, en excluant ou en éliminant l’influence extérieure. Une décision très politique. Je suis donc d’avis que, comme le Saint-Siège a obtenu une concession importante de Pékin, l’accord n’était pas unilatéral comme certains analystes l’évaluent négativement. Vous pouvez bien faire confiance au sens des proportions du Vatican.

En tout cas, il est hautement improbable que le milieu religieux en Chine s’améliore d’ici peu. Et ce n’est pas la faute de l’accord. Tout simplement parce que le régime chinois reste athée et anti-religieux. Il peut être prudent d’attendre avec patience jusqu’à ce que la marée passe à un meilleur mode.

Ueno Kagefumi est l’ancien ambassadeur du Japon auprès du Saint-Siège (2006-10). Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la position éditoriale officielle d’UCA News.

Dernières nouvelles

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite