Hati : la situation n’a cessé de se dégrader

Monsieur le Président,

Comme mes collègues, je souhaite exprimer mes plus sincères condoléances au Gabon, au peuple gabonais et à toute la Mission permanente ici à New York, à l’occasion du décès de leur ministre des Affaires étrangères, M. Michael Moussa Adamo.

Je tiens à remercier Mme La Lime pour son exposé et à saluer la présence parmi nous du Ministre des affaires étrangères de la République dominicaine ainsi que des représentants d’Haïti et du Canada.

Monsieur le Président,

Nous nous sommes réunis il y a tout juste un mois pour faire un constat alarmant. Force est de constater que la situation n’a cessé de se détériorer. C’est avec un sentiment de grande urgence que la France appelle la communauté internationale à redoubler d’efforts.

Permettez-moi de revenir sur quelques priorités :

Tout d’abord, nous avons accueilli avec intérêt la signature le 21 décembre d’un document de « consensus national ». Nous encourageons les parties prenantes haïtiennes à poursuivre un dialogue inclusif devant aboutir à l’organisation d’élections démocratiques lorsque les conditions de sécurité seront réunies. A cet égard, nous souhaitons la constitution rapide d’une Commission électorale provisoire et la fixation d’un calendrier. Je rappelle, comme l’a souligné le Représentant spécial, qu’il n’y a plus d’élus dans tout le pays depuis que le mandat des 10 derniers sénateurs a expiré le 9 janvier. La classe politique doit faire preuve de responsabilité pour sortir de l’impasse actuelle.

Deuxièmement, la situation sécuritaire demeure extrêmement difficile. L’objectif doit être de soutenir plus efficacement la Police Nationale d’Haïti qui est en première ligne. Comme nous le savons tous, il a besoin d’équipement, de financement et de formation. Pour rétablir la sécurité, les autorités haïtiennes ont lancé un appel à la communauté internationale. Nous sommes prêts, avec nos partenaires, à faire davantage pour redresser la situation sur le terrain.

Troisièmement, la France se félicite de la mise en place du Comité 2653 et de son panel d’experts. Nous espérons que ce Comité se mettra rapidement au travail pour faire des propositions. Les sanctions sont un signal dissuasif pour les criminels et leurs soutiens politiques et financiers. Mais les sanctions seules ne résoudront pas tout. Il est impératif de reconstruire la justice en Haïti. La lutte contre l’impunité et le renforcement de toute la chaîne pénale doivent être une priorité si l’on veut mettre fin à la violence.

Enfin, la France restera attachée à faciliter l’aide humanitaire, notamment dans les domaines sanitaire et alimentaire, car nous ne pouvons pas accepter la situation actuelle.

Monsieur le Président,

La France continuera à soutenir les efforts des Nations unies et de toutes les organisations œuvrant pour Haïti, dont l’Organisation internationale de la Francophonie. Nous continuerons, autant que nécessaire, d’être aux côtés du peuple haïtien.

Merci.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite