#image_title

Enseigner, motiver et aider à façonner l’avenir des étudiants

Silke Henrich reste au courant de l’évolution du paysage du génie biomédical, tout en se consacrant à aider ses étudiants à s’épanouir et à surmonter les obstacles.

Dans le domaine de la formation en génie biomédical, Silke Henrich est à l’avant-garde, orchestrant une symphonie d’innovation et d’adaptation.

En tant que directeur de laboratoire, instructeur et directeur de premier cycle du Département de génie biomédical, Henrich n’est pas étranger à la nature dynamique du domaine. « Il ne s’agit pas d’un seul cours ; le cours et les sujets changent constamment », explique-t-elle, mettant en lumière l’évolution du paysage du génie biomédical.

Henrich, qui participe à la cinquième réitération du programme d’études en génie biomédical, remet en question la perception d’un enseignement stationnaire dans ce domaine. « Les gens pensent toujours que l’enseignement universitaire est quelque chose de très statique, mais il est en mouvement. Nous nous adaptons continuellement aux nouvelles demandes émanant de l’industrie ou d’autres groupes », note-t-elle.

Le rôle de Henrich s’étend au-delà de la bureaucratie universitaire. Agissant comme pont entre les étudiants, les professeurs et les ressources, elle aide à relever les défis auxquels les étudiants sont confrontés, des problèmes académiques au logement. Henrich met également l’accent sur la valeur des relations personnelles.

« Je suis ici pour aider les étudiants et servir d’interface. J’ai beaucoup d’interactions avec les étudiants et les professeurs, et j’apprécie vraiment cela », déclare Henrich. Il s’agit de favoriser un environnement dans lequel les étudiants peuvent s’épanouir et surmonter les obstacles.

Henrich n’a pas eu de parcours direct vers le monde universitaire. Forte d’une expérience industrielle au sein des sociétés pharmaceutiques Novartis et Nephron, basée en Colombie, elle apporte une perspective unique au monde universitaire.

Je pense qu’il est important d’avoir des points de vue différents. La pire équipe que l’on puisse avoir n’est qu’un groupe de clones. Je peux apporter quelque chose de différent grâce aux expériences que j’ai vécues, mais je pense aussi personnellement qu’il est bon que quelqu’un essaie toujours quelque chose de nouveau, dit Henrich.

Le parcours mondial d’Henrich, depuis ses études en Allemagne jusqu’à l’obtention de son doctorat. de l’Université de Sydney (Australie), reflète sa volonté d’explorer l’inconnu.

Je ne pense pas qu’il y ait quelque chose de mieux qu’une personne puisse faire pour son développement professionnel et, plus important encore, personnel, que de sortir de sa bulle et d’élargir son horizon, dit Henrich. Cela ouvre un nouveau monde et une nouvelle façon de penser.

Enseignant à la fois des cours en laboratoire et des cours magistraux, Henrich trouve l’intensité des cours en laboratoire plus satisfaisante. Son expérience polyvalente enrichit son rôle de guide du corps professoral et d’élaboration des cours. « Dans un laboratoire, vous ne vous contentez pas de donner des cours, vous démontrez ce qui est le plus efficace », explique Henrich.

En réfléchissant à son expérience dans l’industrie, Henrich reconnaît que son engagement à avoir un impact sociétal positif l’a conduite vers le monde universitaire, où elle aime façonner la prochaine génération d’ingénieurs biomédicaux. Plutôt que de fabriquer elle-même un produit qui aide quelqu’un, comme un dispositif médical ou un produit pharmaceutique, elle enseigne aux étudiants qui feront un jour ce travail à sa place. Pour Henrich, l’enseignement a plus d’impact que la fabrication directe de médicaments.

Il s’agit de produire un vivier de personnes qui sortent et font le bien que je voulais faire lorsque j’ai commencé, dit Henrich. J’ai apprécié mon séjour dans l’industrie, mais lorsque j’ai obtenu mon doctorat. et travaillé comme assistant d’enseignement, j’ai réalisé à quel point j’aime l’éducation. J’aime travailler dans le milieu universitaire, enseigner aux étudiants et les aider à façonner leur avenir, dit Henrich.

Mina Schaafsma, diplômée en génie biomédical et également assistante d’Henrich, estime qu’elle est passionnée par l’enseignement, et cela se voit dans les efforts qu’elle déploie pour s’assurer que ses étudiants réalisent correctement les expériences.

Elle est intense et rigoureuse dans les rapports de laboratoire et fait les choses de la bonne manière, dit Schaafsma. Mais je pense que cela vient d’une passion pour ses élèves : réussir non seulement en classe mais aussi dans la vie et dans l’industrie. Elle veut que les étudiants réussissent bien après avoir obtenu leur diplôme.

L’engagement de Henrich à briser les normes de genre dans l’enseignement STEM est évident. Elle envisage un avenir où la diversité dans le domaine deviendra la norme, soulignant l’importance de commencer l’éducation STEM dès le plus jeune âge. « J’espère que nous pourrons continuer », dit-elle, reconnaissant le changement positif dont elle a été témoin au fil des années.

Dans un domaine où les stéréotypes de l’ingénierie sont remis en question, Henrich constitue un phare de progrès et de transformation. Alors qu’elle continue à naviguer dans le paysage changeant de l’enseignement du génie biomédical, l’impact d’Henrich se répercute à travers les étudiants qu’elle guide et les programmes qu’elle façonne.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite