Comment l’Australie peut travailler avec la France dans l’océan Indien occidental | Le stratège

L’océan Indien occidental, qui abrite les États insulaires de Maurice, Madagascar, les Seychelles et les Comores, ainsi que les territoires français de La Réunion et de Mayotte occupe peu de place dans l’imaginaire stratégique de Canberra. Mais il a encore le potentiel d’affecter les intérêts stratégiques de l’Australie. Dans un nouveau rapport de l’Asia-Pacific Development, Diplomacy & Defence Dialogue (AP4D), nous identifions la France comme un partenaire essentiel pour que l’Australie multiplie son impact dans la frange extrême ouest de l’Indo-Pacifique.

Les intérêts australiens sont engagés dans cette sous-région de manière importante. C’est une source d’insécurité maritime, y compris de criminalité transnationale, et une arène de compétition stratégique dans laquelle les États-Unis, l’Inde, la Chine et la Russie sont tous des acteurs actifs. Alors que les rapports de force dans l’ouest de l’océan Indien ont longtemps été favorables, ou du moins favorables, aux intérêts australiens, l’influence croissante de la Chine et le potentiel d’évolution du statut de Diego Garcia (qui abrite une base militaire américaine) pourraient présentent des risques stratégiques à gérer pour l’Australie. De plus, l’Australie accueillant la Conférence de l’océan Indien pour la première fois en 2024, tout en poursuivant ses candidatures pour accueillir la COP31 en 2026 et pour obtenir un siège au Conseil de sécurité de l’ONU en 202930, il est important que Canberra construise activement des relations plus profondes avec un large éventail de petits États insulaires en développement.

L’Australie est un acteur généralement bien considéré dans l’ouest de l’océan Indien. Cependant, sa présence et sa contribution modestes dans la sous-région semblent évidentes pour les États insulaires qui considèrent l’Australie comme un partenaire naturel de l’océan Indien. Ils voient l’intensification récente de l’Australie dans le Pacifique et ils se souviennent encore et citent les contributions d’aide de l’Australie dans la perspective de son dernier mandat au Conseil de sécurité de l’ONU (2013-2015).

Mais la réalité est que l’Australie ne peut pas considérablement augmenter sa présence ou son engagement dans cette partie éloignée du monde en ce moment, pas avec les pressions fiscales auxquelles elle est confrontée chez elle et l’environnement stratégique incertain dans lequel elle navigue dans le Pacifique et l’Asie du Sud-Est.

C’est là que les partenariats deviennent encore plus importants.

L’Australie devrait voir la présence significative de la France (et des UE) dans l’océan Indien occidental comme une opportunité de renforcer sa propre influence sur des intérêts et des capacités partagés. En plus de ses collectivités territoriales d’outre-mer de La Réunion et de Mayotte, la France a des missions résidentes à Maurice, à Madagascar, aux Seychelles et aux Comores. En 2020, il a versé environ 695 millions de dollars en aide publique au développement. La France maintient également une présence militaire résidente de 2 000 hommes, cinq unités navales et quatre avions. L’Australie, quant à elle, n’a qu’un petit poste à Maurice couvrant toute la sous-région, doté d’un petit budget d’aide directe.

Il existe cinq grands domaines dans lesquels une collaboration avec la France dans l’ouest de l’océan Indien pourrait contribuer à faire progresser les intérêts stratégiques des deux pays et apporter une contribution positive à la stabilité de l’Indo-Pacifique.

First joue un rôle actif dans la promotion des connexions entre l’océan Indien et les îles du Pacifique. Couvrant les deux principales langues de travail (anglais et français) des deux régions, l’Australie et la France sont bien placées pour aider à faciliter le dialogue et à renforcer les capacités pour faire face aux défis auxquels sont confrontés les petits États insulaires. Comme l’a noté Rory Medcalf, un forum des océans pourrait réunir ces deux régions maritimes sur des questions telles que la gestion de la pêche, la sécurité sanitaire, les infrastructures, le changement climatique et le problème commun de la gestion des pressions des grandes puissances.

Deuxièmement, le renforcement de l’architecture régionale de l’océan Indien. Autant que possible, l’Australie devrait chercher à canaliser une plus grande coordination avec la France par le biais des institutions régionales existantes, en particulier l’Indian Ocean Rim Association. Cela contribuera à renforcer la centralité des associations et à générer une participation régionale plus large. L’Australie devrait également envisager d’officialiser sa relation avec la Commission de l’océan Indien en devenant observateur. Cela renforcerait le statut de l’Australie en tant que partenaire du groupe et serait un signal clair à la France de l’intention de l’Australie de contribuer concrètement à la région.

Troisièmement, l’Australie devrait envisager d’apporter de modestes contributions stratégiques aux programmes de développement dirigés par la France et l’UE, en particulier ceux axés sur la sécurité et la sûreté maritimes. L’Australie a déjà fourni ce type de soutien dans la sous-région par l’intermédiaire de l’Agence australienne de sécurité maritime. Ainsi, Canberra pourrait envisager comment l’AMSA ou le Bureau australien de la sécurité des transports pourraient apporter des contributions de niche au renforcement des capacités en travaillant avec leurs homologues français.

La connaissance du domaine maritime pourrait également être un domaine de collaboration utile. La France et l’UE contribuent déjà de manière significative à l’amélioration de la connaissance du domaine maritime dans l’océan Indien (notamment à travers l’initiative CRIMARIO II). Une piste possible pourrait être de travailler ensemble pour renforcer les centres de fusion dans l’océan Indien occidental : le Centre régional de fusion d’informations maritimes, basé à Madagascar, et le Centre régional de coordination des opérations, basé aux Seychelles. En particulier, l’Australie devrait réfléchir à la manière dont son expérience avec le Pacific Fusion Center pourrait être partagée avec ses homologues de l’océan Indien.

Quatrièmement, étant donné les importants problèmes de criminalité transnationale dans l’océan Indien occidental, en particulier le trafic de drogue et la pêche illégale, il est important de renforcer la capacité d’application de la loi des États en développement dotés de vastes zones économiques exclusives. L’Australian Border Force et la police fédérale australienne, en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères et du Commerce, pourraient réfléchir à la manière dont elles pourraient travailler avec leurs homologues français pour renforcer la capacité des États de l’ouest de l’océan Indien à identifier et poursuivre la criminalité transnationale.

Enfin, la désinformation est une préoccupation importante dans les États insulaires de l’ouest de l’océan Indien. Il y a eu plusieurs cas documentés ces dernières années, et l’UE soutient déjà la formation et le renforcement des capacités visant à lutter contre la désinformation dans la sous-région. L’Australie pourrait explorer les possibilités de travailler avec la France, l’UE, la société civile et les médias locaux et internationaux pour compléter ces efforts, en se concentrant sur la sensibilisation à la désinformation et le développement de compétences pour la reconnaître et la combattre.

Des contributions stratégiques aux initiatives menées par la France et l’UE augmenteraient l’influence de l’Australie. Ils créeraient également une plus grande diversité dans les partenariats clés de l’Australie dans l’océan Indien au-delà de l’Inde, ce qui est important étant donné les inquiétudes dans certaines parties de la région concernant l’influence de New Delhi.

Le soutien de l’Australie profiterait également à la France. L’Australie peut transmettre des messages alignés avec une voix différente, sans le bagage historique que la France et d’autres (comme le Royaume-Uni et les États-Unis) portent. Et en ces temps complexes, aligner les messages et les efforts n’a jamais été aussi important.

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite