36 heures au château ultra-exclusif de Hennessy à Cognac, France

De l’autre côté de la Charente par rapport au siège d’Hennessy, un bâtiment en pierre baignée par le soleil abrite dans son ventre le travail des précédents assembleurs Fillioux, sous la forme de plusieurs centaines de fûts de chêne d’eaux-de-vie précieuses qui ont mûri au les profondeurs encore et sombres de la Cave du Fondateur pendant près de deux siècles. L’air ici est parfumé d’un parfum doucement âcre provenant des vapeurs de l’alcool de haute qualité qui s’infiltre à travers le bois des fûts, également connu sous le nom de « part de l’ange ». Ce n’est que l’une des 65 caves réparties dans la région de Cognac que Hennessy utilise pour abriter jusqu’à 350 000 barriques à la fois.

Si les caves détiennent la clé de la profonde histoire de Hennessy, alors les vignobles des grands crus, de la Grande et Petite Champagne, aux Borderies et Fins Bois, sont son avenir. Le lendemain matin, sous un ciel venteux au cœur du vignoble historique du Domaine de la Bataille de Hennessy, nos oreilles se dressent lorsqu’un jingle ludique annonce l’arrivée de Ted, un robot viticole autonome qui enjambe un rang de vigne pour le désherber ; deux gardiens émergent du vignoble derrière, chacun tenant un contrôleur de jeu pour diriger les mouvements de Ted. Les drones sont également largement utilisés dans les vignobles de Cognac, combinant vitesse, vue plongeante et capteurs d’imagerie de haute technologie pour détecter prématurément les maladies dans les vignes, prédire les rendements des cultures ainsi que les dates de vendanges.

C’est un exercice d’équilibre délicat à maîtriser, ce tiraillement constant entre l’histoire et le futur, c’est pourquoi je commence à penser qu’en plus de servir de lieu somptueux pour faire plaisir aux célébrités et aux clients fortunés, le Château de Bagnolet est aussi un rappel à la maison elle-même de son identité fondamentale, même si cela ne veut pas dire qu’elle est figée dans le temps.

Le Jardin d’Hiver, repensé en 2018, accueille notre dernier repas au château avec le maître-assembleur Renaud Fillioux, et son magnifique sol en mosaïque de 250 000 carreaux disposés dans un courant chatoyant est une belle métaphore de la transmission. de savoir-faire à travers les âges. Désignant les environs baignés de soleil alors que nous parlons de transmission des connaissances à travers les générations, Fillioux déclare : « Si vous brisez la ligne de qualité, vous ne pouvez pas revenir. Vous oubliez, mais il faut des siècles pour construire, et il faut une minute pour être détruit. Et j’espère que dans 50 à 100 ans, quelqu’un dira : eh bien, Renaud n’a pas pris de si mauvaises décisions, alors on a quelque chose à boire !


MAINTENANT LIS

Francis Mallmann sur « la vérité » sur la cuisine et ce qui allume son feu

Dans le monde caché des commandes gastronomiques européennes avec Bernice Liu

Héritage culinaire vs modernité : comment cinq chefs asiatiques utilisent l’innovation pour perpétuer leurs traditions

www.actusduweb.com
Suivez Actusduweb sur Google News


Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepteLire la suite